Aidant : qui peut m’aider ?

11 millions d’aidants assistent un proche en situation de dépendance. Source de fatigue, de stress et parfois même de tensions, être aidant est une mission à plein temps qui nécessite de l’énergie et du temps au quotidien. Organismes publics, professionnels médicaux, dispositifs de soutien… Essentiel Autonomie fait le tour d’horizon des dispositifs d’assistance et des conseils essentiels pour trouver des solutions adéquates et vous permettre de souffler.

SOMMAIRE

Quels professionnels pour vous informer ou vous aider ?

  • Des structures pour vous informer : CLIC, CCAS…
  • Savoir s’entourer de professionnels
  • Obtenir de l’aide la nuit

Quelles solutions de soutien psychologique pour un aidant familial ?

  • Un soutien par téléphone
  • Votre bilan d’aidant en centre de prévention
  • La médiation familiale pour régler les tensions
  • Des dispositifs spécifiques aux aidants familiaux Alzheimer

Télécharger le guide - mode d'emploi des aides financières

Quels professionnels pour vous informer ou vous aider ?

Vous débutez en tant qu’aidant ? Vous vous posez des questions sur les aides et les solutions à votre disposition pour soulager votre quotidien ? Certaines structures et certains professionnels sont à votre écoute.

Des structures pour vous informer : CLIC, CCAS…

Certaines structures peuvent vous aiguiller ou vous permettre d’obtenir certaines aides. Par exemple, l’antenne locale du CLIC est un véritable guichet unique qui peut faciliter vos démarches, évaluer vos besoins et vous aider à élaborer un plan d’accompagnement. Le CCAS, Centre Communal d’Action Sociale, de votre ville est également un interlocuteur important, source de conseils et d’information pour la prévention, vos demandes d’aides auprès de l’État, les services à destination des personnes âgées, etc.

Au niveau national, la CNAV, Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, peut vous accompagner en dispensant des aides pour les services à domicile, l’habitat, ou encore l’ARDH. N’hésitez pas non à solliciter l’Assurance Maladie qui vous informera concernant le remboursement des soins ou les prestations auquel un aidant familial peut prétendre.

Vous vous sentez perdu parmi tous ces sigles ? Lisez notre article CLIC, AGIR, APA, ASH… Mais que signifient ces sigles ?

Savoir s’entourer de professionnels

Les aides de l’Agirc-Arcco

Parce qu’aider un proche demande beaucoup d’énergie, certains services peuvent vous permettre de retrouver un équilibre dans votre relation avec la personne malade, âgée ou en situation de handicap. Trouver l’aide parfaitement adaptée à votre situation est primordial. C’est pourquoi l’Agirc-Arrco a mis en place différents dispositifs dans le cadre de « l’Aide aux aidants ». Leurs objectifs ? Apporter des solutions pour préserver la vie personnelle et professionnelle des aidants.

Comment s’entourer de bons professionnels lorsqu’on est aidant ?

 

Les professionnels du médical et du social

Médecin généraliste, gériatre, infirmière libérale, psychomotricien, AMP… vous pouvez également faire appel à des professionnels spécialistes du grand âge. Votre médecin généraliste sera le plus souvent votre premier interlocuteur : il vous orientera dans vos démarches d’aides et coordonnera les soins. D’autres soignants, tels que le gériatre, l’infirmière libérale ou le masseur-kinésithérapeute, pourront intervenir afin de vous aider ainsi que votre proche dans sa situation de perte d’autonomie.

Confiance et bienveillance au cœur des échanges

Les professionnels qui entourent la personne âgée peuvent être nombreux. Les relations entre aidant et soignants peuvent s’avérer compliquées. L’un et l’autre peuvent se sentir réciproquement jugés alors qu’au contraire, établir un lien de confiance est primordial pour une prise en charge de qualité. Établir le dialogue dès le départ, allier vos connaissances, fixer des règles de bon fonctionnement : quelques conseils simples pour vous permettre de créer une équipe soignant-aidant soudée !

Obtenir de l’aide la nuit

Souvent, alors que les aides se succèdent sans difficulté en journée, la nuit reste source de stress. Votre proche peut avoir des difficultés à rester seul, notamment lorsqu’il existe des risques de déambulation ou de chutes. Lorsqu’aidant et aidé souhaitent retarder l’entrée en maison de retraite, certaines solutions sont proposées. C’est le cas d’Ernesti, une réponse nouvelle à ces besoins de présence la nuit qui fait appel à des étudiants en santé.

Quelles solutions de soutien psychologique pour un aidant familial ?

Parce qu’un aidant est bien souvent bénévole et qu’il doit cumuler vie d’aidant, vie familiale et vie professionnelle, parler de sa situation est essentiel. Pour vous aider à prévenir l’épuisement ou le burn-out des aidants, il existe divers systèmes de soutien.

Un soutien par téléphone

Les démences, cause fréquente de dépendance des personnes âgées, peuvent engendrer des tensions dans la relation aidant-aidé. Si vous souhaitez bénéficier d’une oreille attentive, sincère et sans jugement, vous pouvez recevoir régulièrement des « appels de convivialité », conviviaux et réconfortants. L’association « Au bout du fil » a pour objectif de rompre la solitude des personnes qui se sentent seules, qui veulent bavarder et être écoutées.   

Votre bilan d’aidant en centre de prévention

Lorsqu’un aidant se sent surmené ou fragilisé, il peut être accompagné par des professionnels à l’occasion d’un « bilan aidant », proposé depuis 2016 dans l’ensemble des 14 centres de prévention Bien vieillir Agirc-Arrco. Il s’agit d’un premier bilan médical et psychologique prévu dans le cadre du bilan de prévention : il peut permettre d’évaluer la situation de l’aidant. Suite à l’évaluation, différents dispositifs vous sont recommandés pour vous accompagner : conférences-débats, tables rondes, ateliers, groupes de parole, orientation vers des cafés des aidants, plateformes de répit, etc.

La médiation familiale pour régler les tensions

Faire face à la dépendance d’un proche peut bouleverser l’équilibre familial et créer des tensions. Pour régler tout conflit, l’essentiel est de bien communiquer en mettant des mots sur ses émotions, en exprimant clairement ses besoins et en formulant positivement ses demandes. Si les membres de la famille ont des difficultés à construire des solutions ensemble, le médiateur familial, en tant que tiers, peut les y aider. Ce dernier agit au sein de structures indépendantes ou de structures et associations conventionnées.

Des dispositifs spécifiques aux aidants familiaux Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche près de 900 000 personnes en France. Les aidants jouent un rôle important dans la prise en charge des personnes souffrant de cette maladie qui nécessite une attention et des soins particuliers. Différentes solutions permettent une assistance des aidants Alzheimer : des formations, mais également des structures de répit comme l’accueil de jour, des permanences téléphoniques, des visites de convivialité…

Retrouvez les dispositifs de soutien destinés à agir pour Alzheimer

Si vous ressentez le besoin d’échanger sur votre situation, d’avoir du soutien, Allo Alzheimer propose de discuter par téléphone avec une personne de confiance. Des bénévoles formés répondent aux questions, écoutent et soutiennent tous les aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés.

Comment fonctionne le soutien par téléphone avec Allo Alzheimer ?


Tous nos articles sur cette thématique