Humanitude : le premier label de bientraitance des maisons de retraite

Humanitude - premier label de bientraitance des maisons de retraite
Crée le : · Mis à jour le : 19/10/2022 12:12:38 · Temps de lecture :
3 minutes

Avec des soins plus doux, plus dignes, plus adaptés aux besoins de chacun, le label Humanitude garantit une meilleure qualité de vie aux habitants des EHPAD… et aux équipes soignantes qui y travaillent. Voici quelle est sa philosophie, et les conditions que remplissent les établissements concernés.

Mauvaises conditions d’accueil, voire maltraitance : ces derniers temps, l’image des EHPAD s’est trouvée écornée par plusieurs scandales. Isolés ? Sans doute, mais c’est une réalité qu’il faut regarder en face… et ça n’est en aucun cas une fatalité.

La preuve, avec le label Humanitude, première certification visant à garantir la bientraitance dans les maisons de retraite (mais aussi les établissements dédiés au handicap, et les services d’aide à domicile). Bénéfices tangibles à l’appui, tant dans le bien-être des patients que dans la qualité de vie au travail des soignants, ce label promeut une autre façon de prendre soin du lien entre la personne aidée et celle qui aide. Et atteste que l’on peut vivre et bien vieillir debout, jusqu’au bout, même très malade, même très désorienté.

À LIRE AUSSI > AUTONOMIE + (ex ORIZEA) : Trouver un lieu de vie adapté pour votre proche âgé

L’Humanitude : de quoi s’agit-il ?

Avant d’être un label, l’Humanitude est une démarche, une nouvelle approche de la façon de dispenser des soins aux personnes fragilisées (âgées ou en situation de handicap).

Des soins effectués dans le respect de la dignité

Ses inventeurs, les deux anciens professeurs d’éducation physique et sportive, Yves Gineste et Rosette Marescotti, ont mis au point depuis 30 ans près de 150 techniques innovantes, avec un but en tête : réhabiliter les patients dans leur dignité et améliorer les relations entre patients et soignants.

Concrètement, l’Humanitude repose sur une communication soignant-patient non violente, et un respect total de leur dignité et de leur volonté. Ce qui se traduit par 5 grands piliers : 

  1. Zéro soin de force, sans report ni abandon de soin ;
  2. Respect de la singularité (de l’intimité, des choix, des rythmes, du sommeil) ;
  3. Vivre et mourir debout (20 minutes de verticalité par 24 heures pour éviter la grabatisation, des soins effectués en station debout dans la mesure du possible) ;
  4. Ouverture sur l’extérieur (familles, bénévoles, ressources de la cité, sorties) ;
  5. Lieu de vie, lieu d’envies (favoriser la dynamique sociale, citoyenneté, les accompagnements personnalisés en établissement).

Le label Humanitude : un gage de bientraitance en EHPAD

Depuis 2011, Humanitude n’est pas “seulement” une démarche de soin innovante : c’est désormais un référentiel comptant près de 500 critères permettant de s’assurer que la démarche est bien respectée. 

Ces 500 critères servent de base aux professionnels de terrain (directeurs et cadres de maisons de retraite, médecins, soignants…) pour se préparer à demander et obtenir le label Humanitude, premier label gage de bientraitance dans les maisons de retraite. 

Qui est derrière ce label ?

Des professionnels pionniers, les deux inventeurs de l’Humanitude  et les Instituts Gineste-Marescotti, des organismes de formation ont constitué l’association loi 1901 Asshumevie (Association Humanitude Evaluation et Milieu de Vie), qui est l’opératrice et la garante du fonctionnement du label.

Qui peut se faire labelliser ?

Le label Humanitude concerne avant tout les établissements accueillant des personnes en situation de dépendance, généralement avec des taux d’encadrement “normaux” (ni plus, ni moins que la moyenne nationale) :

  • pour les personnes âgées (EHPAD),
  • pour les personnes en situation de handicap : foyers d’accueil médicalisé (Fam), des maisons d’accueil spécialisées (Mas).

Des services à domicile spécialisés ont également obtenu le Label Humanitude.

Comment un EHPAD se fait-il labelliser ?

La démarche Humanitude doit être portée par la direction, et inscrite dans le projet de l’établissement, car ce n’est pas un projet anodin :

  • les principes de l’Humanitude sont partagés avec les habitants et leurs familles lors de réunions, conférences, avec le Conseil de la vie sociale (CVS)
  •  ils figurent dans les annexes du contrat de séjour.

Des années de formation pour les équipes

C’est aussi un projet qui engage l'établissement sur un temps long : il faut plusieurs années pour former les équipes dans les domaines du soin, de la vie sociale, de la restauration. 

Ce temps est nécessaire pour :

  • pérenniser les enseignements, 
  • apaiser les troubles, 
  • ancrer ces techniques dans le quotidien des pratiques, dans un accompagnement personnalisé avec des rappels tous les jours, des ateliers et du compagnonnage des nouveaux venus dans les équipes.

Tout au long de ce processus, les établissements opèrent un suivi permanent : réunions de pilotage pluridisciplinaire tous les mois, auto-évaluation du référentiel entier tous les ans. 

Un label exigeant

Quand finalement l’établissement remplit les critères d’éligibilité au label, et qu’il peut justifier de plusieurs analyses de son auto-évaluation annuelle, il signe une convention avec l’association Asshumevie. 

Cette dernière envoie alors ses experts (2 visiteurs sur 24 heures par exemple pour un établissement d’une centaine d’habitants) vérifier sur place que les critères du référentiel (les soins, la vie sociale, les repas, l’organisation…) sont bien respectés. 

Leur rapport de visite est alors soumis à la commission de labellisation qui statue sur l’obtention ou non du label.

Ce dernier est obtenu pour 5 ans avec l’obligation d’une visite de suivi sur site et d’une auto-évaluation annuelle.

Quels sont les bénéfices du label Humanitude ?

Ils sont nombreux, et démontrent que la philosophie derrière ce label fonctionne : des relations soignants-patient plus dignes profitent aux deux.

Pour la qualité de vie des habitants des établissements labellisés, on constate :

  • une moindre consommation de neuroleptiques (divisée par 7 dans un service), 
  • moins d’hospitalisations, 
  • moins de dénutrition. 

Le label est aussi positif pour la qualité de vie au travail avec : 

  • une baisse de 83 % des soins difficiles selon les soignants formés,
  • plus de cohérence, de sens dans les pratiques (le label devient une « marque employeur » selon une étude « retour d’expérience de la crise Covid » ), 
  • moins d’absentéisme (l’Agence régionale de santé Grand Est l’a constaté chez les labellisés de la région),

Où trouver un établissement labellisé ?

Dix ans après l’attribution du tout premier label Humanitude (en 2012 à Albi), 28 structures sont désormais labellisées, et près de 150 se sont engagées dans la démarche. Vous les retrouverez dans l’annuaire d’Essentiel Autonomie.


Pour en savoir plus