Préparer l’hospitalisation et la sortie d’hôpital d’un proche

Préparer son hospitalisation et sa sortie d’hôpital
Crée le : · Mis à jour le : 21/05/2021 13:14:25 · Temps de lecture :
6 minutes

Le diagnostic est tombé : votre proche âgé doit se faire hospitaliser pour une intervention ou encore des examens. Comment bien préparer le séjour, ne rien oublier dans les démarches administratives et organiser sereinement son retour après l’hospitalisation ? Voici les conseils d’Essentiel Autonomie.

La préparation de l’hospitalisation

Préparez la valise pour l’hôpital

Lors d’une hospitalisation, évitez d’emporter des objets de valeur, car l’établissement ne peut être tenu pour responsable en cas de perte ou de vol et il n’y a parfois pas de coffre dans les chambres.

Pour une hospitalisation de quelques jours, vous devez emporter entre autres pour votre proche :

  • des vêtements confortables 
  • un nécessaire de toilette 
  • le dossier médical complet.

À lire pour connaître la checklist complète > Un proche hospitalisé ? 8 objets et documents à glisser dans sa valise

Anticipez les frais d’hospitalisation

Afin d’anticiper les dépenses liées à une hospitalisation, il est préférable de se renseigner :

  • sur les tarifs pratiqués, sur les éventuels dépassements d’honoraires et sur les montants qui seront remboursés,
  • sur les tarifs des suppléments de confort (chambre particulière, la télévision…),
  • auprès de sa complémentaire santé ou de sa mutuelle pour connaître le montant restant à charge.

Pour les dépassements d’honoraires et les suppléments de confort, un devis doit vous être remis.

Le forfait hospitalier

Le forfait hospitalier est une participation financière à la charge des patients hospitalisés, son montant intègre des frais liés à l’hébergement (frais hôteliers et coûts fixes : chauffage, lingerie, et entretien des équipements). Ce forfait est dû pour chaque jour que dure l’hospitalisation, y compris le jour de sortie. Fixé par arrêté ministériel, il est actuellement de 20 €. Il peut, selon le contrat souscrit, être pris en charge par votre mutuelle ou la complémentaire santé.

Les frais d’hospitalisation et leur remboursement

En cas d’hospitalisation dans un établissement public ou une clinique privée conventionnée, l’Assurance Maladie rembourse les frais d’hospitalisation à hauteur de 80 %. Certaines mutuelles prennent en charge les 20 % restants, et éventuellement certains suppléments ou dépassements d’honoraires. Le remboursement a lieu après l’envoi du bon de sortie à l’Assurance Maladie.

L’Assurance Maladie prend également en charge certains soins réalisés avant ou après une hospitalisation, par exemple elle rembourse à 70 % une consultation d’anesthésiste avant une opération ou à 60 % les séances de rééducation après une intervention chirurgicale.

Dans le cas d’une hospitalisation dans une clinique privée non conventionnée, il faut acquitter la totalité des frais à la clinique. L’Assurance Maladie remboursera ensuite, sur la base des tarifs en vigueur, 80 % des frais de séjour et honoraires médicaux. Certaines mutuelles s’aligneront et prendront en charge les 20 % restants, et éventuellement certains suppléments ou dépassements d’honoraires. Le remboursement a lieu après l’envoi du bon de sortie à l’Assurance Maladie.

Les frais à régler à la fin de l’hospitalisation

Il s’agit du

  • montant du ticket modérateur, soit la part restant à charge après le remboursement de l’Assurance Maladie (20 % des frais d’hospitalisation) et du forfait journalier,
  • des éventuels suppléments de confort par exemple la chambre individuelle, le téléphone, la télévision…
  • des dépassements d’honoraires médicaux.

Ces frais peuvent être tout ou partie remboursés par la mutuelle.

BON A SAVOIR
la prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie ne s’applique ni au forfait hospitalier lorsqu’il est dû ni aux frais de confort personnel (chambre particulière, la télévision…). Pour éviter de régler le ticket modérateur : avant l’hospitalisation, vous pouvez demander une prise en charge auprès de la mutuelle ou de la complémentaire santé. Vous n’aurez rien à régler, la mutuelle se chargera d’acquitter la facture directement auprès de l’établissement hospitalier.

 

Les formalités pendant l’hospitalisation

La procédure d’admission à l’hôpital

Dès l’arrivée dans un hôpital public ou dans une clinique privée, il faut se faire enregistrer au bureau des admissions. On vous remet alors un bulletin d’hospitalisation. Ce bulletin doit être envoyé dans les 48 heures à la caisse d’Assurance Maladie. Sachez toutefois que si l’état de santé de votre proche ne permet pas de respecter ce délai de 48 heures, l’établissement de soins peut assurer cet envoi.

Les documents à fournir

Les documents nécessaires à l’enregistrement au bureau des admissions sont :

  • la carte Vitale avec une attestation de droits à jour (l’attestation peut être téléchargée sur ameli.fr ou être obtenue auprès du centre de votre caisse d’Assurance Maladie),
  • la carte de mutuelle ou une attestation d’assurance complémentaire santé,
  • une pièce d’identité,
  • de la notification d’attribution de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), le cas échéant.

S’il vous manque des documents, munissez-vous du titre de pension de retraite ou de la carte européenne d’Assurance Maladie. En revanche, si vous n’avez aucun justificatif, vous serez probablement contraint de faire l’avance des frais.

Le dossier médical complet

C’est une certitude : à l’admission de votre proche, vous allez être bombardé de questions sur son état de santé, ses éventuelles intolérances, les résultats de ses derniers examens… Autant d’informations que ni vous, ni votre proche ne connaissez forcément par cœur.

Or, si l’hospitalisation se décide dans l’urgence, vous devrez être à même d’y répondre rapidement. D’où l’intérêt d’un dossier médical complet, comprenant notamment :

  • le carnet de santé,
  • la carte de groupe sanguin,
  •  le résultats d’éventuels examens (radios, IRM, scanners, analyses de sang…),
  • les traitements en cours et antécédents médicaux,
  • les coordonnées du ou des médecins traitants de votre proche.

Télécharger le guide - Choisir l’hébergement le mieux adapté à la perte d’autonomie

La sortie d’hôpital : quelle organisation ?

Lorsque l’hospitalisation nécessite un séjour dans un établissement de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR), ou en maison de convalescence, celui–ci sera organisé avec l’aide des services sociaux hospitaliers. Si votre proche bénéficie d’un transfert direct, de l’établissement hospitalier à un autre établissement de soins, il n’est pas nécessaire de demander une prise en charge à la Sécurité sociale. En revanche, cela sera obligatoire s’il passe par son domicile.

Si toutefois votre proche âgé souhaite être orienté vers un établissement de votre choix (spécialité, proximité…), il est préférable d’anticiper votre demande, car les délais d’admission sont parfois longs.

Les Services de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) et les maisons de convalescence

Les séjours en centres de SSR et en maisons de convalescence durent en moyenne trois semaines. Ils sont prescrits aux patients nécessitant un suivi médical généralement après une hospitalisation médicale ou chirurgicale. Cette prise en charge permet de réduire les incapacités physiques, avec pour objectif d’accompagner le retour à domicile.

L’Hébergement temporaire

Les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) proposent un accueil temporaire sur une période de quelques semaines, limitée à 3 mois. C’est une solution transitoire après une hospitalisation.

Pour vous aider à trouver un établissement, vous pouvez consulter notre annuaire des EHPAD.

La préparation du retour à domicile

L’établissement de soins délivre un bon de sortie qu’il faut au plus vite envoyer à sa Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Conservez tous les documents ou actes utiles remis par le médecin hospitalier. Ils peuvent être nécessaires à certains organismes pour l’obtention d’aides médico-sociales, pour des prises en charge par les complémentaires santé par exemple.

Si avant la sortie de l’établissement de soins, l’état de santé de la personne nécessite d’être accompagné dans une organisation à domicile, l’aide des services sociaux hospitaliers vous aidera dans cette démarche. Par ailleurs et avec son accord, l’établissement de soins pourra aussi transmettre ses coordonnées au service social qui enverra dès son retour à domicile une assistante sociale : elle évaluera la situation et proposera des aides adaptées telles qu’une aide-ménagère, l’aménagement du domicile

Le programme de sortie d’hospitalisation ARDH

L’ARDH est l’Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation. Ce programme a pour objectif d’aider une personne âgée sortant d’hospitalisation à se réadapter et à réorganiser sa vie quotidienne. Il s’adresse donc aux personnes autonomes, mais fragilisées qui ont eu un diagnostic de récupération d’autonomie pendant leur hospitalisation. C’est à ce moment-là que la demande est faite par le service hospitalier.

L’aide couvre quatre domaines :

  • aide à domicile : ménage, courses, préparation des repas…
  • aide médicale : accueil de jour, soins, pédicurie…
  • aide à la vie quotidienne : téléalarme, transport, accompagnement…
  • aide technique : aménagement du domicile…

Le programme est financé par la CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et de Santé Au Travail) ou par la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse). L’aide est versée pour une durée de 3 mois et est renouvelable. Elle prend en charge 10 à 73 % des frais d’aide avec un plafond de 1 800 €. Cette aide peut être demandée directement par le patient ou sa famille dès son retour à domicile dans la limite de 10 jours à l’Assurance Retraite ou la CARSAT.

Les aides à domicile

Aides ménagères, auxiliaires de vie sociale, portage de repas, téléassistance… de nombreuses aides à domicile existent pour se faire aider après une hospitalisation. Vous pouvez vous rapprocher de votre Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) généralement attaché à la mairie de votre lieu de domiciliation, de votre Centre Local d’Information et Coordination Gérontologique (CLIC) implanté sur votre département, ou de la caisse de retraite complémentaire de votre proche.


Pour en savoir plus